Château de Troussay : un projet de vie

PRÉSENTATION AU CHÂTEAU DE TROUSSAY DES NOUVEAUTÉS DE LA SAISON 2016

Isaure de Sainte-Marie, depuis un an, imprime sa marque au domaine de Troussay.
L’élan est donné : le 20 mai dernier, Isaure de Sainte-Marie avait orga­nisé une présentation des nouveautés qui sont proposées aux visiteurs ainsi qu’aux hôtes qui séjournent dans une des 3 chambres du château à leur disposition ou dans les gîtes des communs.
L’arrivée a été repensée : on accède désormais à la billetterie par les communs de l’aile gauche (à droite face au château). On passe ensuite devant la nouvelle boutique « Vintage » qui propose à la vente des anti­quités et des objets insolites, avant de déboucher dans la cour d’hon­neur. La boutique remplace le musée de Sologne.
Des paniers pique-nique de produits du terroir à consommer sur place ou à emporter, sont en vente ainsi qu’un large choix de souvenirs.

Pour plus d’informations : Tél. 02 54 44 29 07 ou 06 70 63 10 94

La Grenouille n°32 - Juillet 2016

Avril 2015

Isaure de Sainte-Marie : un projet de vie à Troussay et pour Troussay
Stanislas de Sainte-Marie, propriétaire du château de Troussay était, jusqu’à une date récente, très préoccupé par l’avenir du Domaine.
Stanislas de Sainte-Marie - Château de Troussay à Cheverny
Stanislas de Sainte-Marie
Stanislas de Sainte-Marie : « L’année dernière encore, mes enfants et moi n’avions pas de solution concrète pour assurer, au sein de notre famille, l’avenir de Troussay. Chacun de mes trois enfants a construit sa vie dans d’autres directions. Comme aucune relève familiale ne se dessinait, nous avions émis l’hypothèse de vendre Troussay... Puis il s’est produit un « petit miracle » : ma fille Isaure a décidé d’elle-même (je n’ai exercé aucune pression sur elle), de quitter l’Argentine où elle s’était installée depuis trois ans, de revenir en France et de s’intéresser à Troussay ».


Isaure de Sainte-Marie : « Toute petite, j’étais attirée par l’Amérique latine. Mais en même temps, j’étais passionnée par le type de vie que menait ma mère à Troussay. Je suis heureuse d’avoir vécu à l’étranger (une douzaine d’années), de parler plusieurs langues et d’avoir un âge où je peux développer mes projets en m’appuyant sur un vécu. J’ai toujours évolué dans les domaines du tourisme et de la communication. L’envie est un moteur et c’est pour moi le moment ou jamais de construire un projet cohérent à Troussay, lieu chargé d’histoire où je veux bâtir ma vie et auquel je souhaite donner un avenir qui me ressemble ».

Isaure de Sainte-Marie dans la salle à manger du château
Isaure de Sainte-Marie
dans la salle à manger du château
Le projet
Troussay va s’ouvrir davantage : 2 chambres d’hôtes sont disponibles à partir du 15 avril 2015 et 2 autres suivront d’ici 2 mois. Soit une suite dans les communs et 3 chambres en étage dans le château. Les hôtes prendront leur petit déjeuner dans la salle à manger du château. Il sera très copieux et composé essentiellement de produits du terroir. La table sera débarrassée pour 11 heures afin de laisser la place aux visiteurs du château. Les hôtes pourront par ailleurs prendre un panier pique-nique et s’installer dans le parc où dans une salle dédiée. Rappelons que le château est ouvert à la visite à partir de Pâques et jusqu’au 30 septembre, avec des guides de qualité. Isaure de Sainte-Marie apportera bien sûr sa touche personnelle à l’aménagement, à la décoration et au choix du mobilier qu’elle mettra en valeur.
La location de salles est toujours à disposition pour vos fêtes de famille ou autres événements...

Si le passé nourrit le futur, Isaure de Sainte-Marie, jeune et entreprenante, est parfaitement consciente de l’ouverture nécessaire à la modernité de son époque. Ses voyages ont nourri sa vision et lui offrent le recul nécessaire.

Une des chambres d'hôte dans les communs du château de Troussay
Une des chambres d'hôte
dans les communs
Isaure de Sainte-Marie : « En France, on a tendance à jeter le passé. Pourtant, les vieilles pierres nous construisent. Il faut avoir vécu dans le « nouveau monde » pour le comprendre. De retour en France, je constate que, depuis quelque temps, s’y installe une volonté de standardisation étonnante alors que c’est notre différence que viennent découvrir (et qui fascine) les étrangers ». Je vais développer une activité touristique beaucoup plus importante autour de Troussay. Je connais bien les lieux, l’environnement, ma région, les interlocuteurs du tourisme, le potentiel... Et, après avoir vécu et m’être adaptée à d’autres pays et d’autres cultures, je saurai accueillir les étrangers ».

Pour autant, pas question pour Isaure de s’enfermer dans le passé qui ne doit être qu’un levier : sa volonté est de le dépoussiérer pour mieux le faire briller !

Le Domaine
Troussay est bien situé, à taille humaine et jouit d’une vraie notoriété depuis 40 ans. Les grands travaux d’entretien et de restauration ont été réalisés régulièrement.
Isaure de Sainte-Marie : « Je prends ma part de risque financier. On est à une époque où ce genre de succession est compliqué et coûteux. Je n’étais pas prête à cela il y a quelques années et ma famille non plus. Aujourd’hui, c’est le moment. Ce projet donne du sens à ma vie en accord avec ma famille. Je ne me sens pas propriétaire de Troussay, mais dépositaire de l’endroit en m’inscrivant dans une continuité. C’est un recul que l’on n’a pas quand on est plus jeune ».
Et nous pouvons méditer cette conclusion d’Isaure de Sainte-Marie :
« Le Mexique a été très joyeux dans ma vie, l’Argentine a été très dure et la France m’a profondément manqué. C’est pourquoi aujourd’hui, quelles que soient les difficultés, je n’ai aucun doute : c’est ici que je veux vivre. J’aime cette terre et les gens qui l’habitent. C’est un style de vie. C’est mon pays ».

La Grenouille - La Grenouille n°27 - Avril 2015